L’intuition est très présente dans la théorie de Jung, en particulier via son étude des différents traits de caractère humains. Sa théorie a donné naissance au MBTI, l’un des tests de personnalités les plus aboutis à ce jour.

Quelle est la fonction de l’intuition ? Tout le monde l’utilise-t-elle de la même manière ? Comment se comportent les individus intuitifs ? Quels sont leurs traits de personnalité dominants ? On doit au grand psychiatre et médecin suisse Carl Gustav Jung, contemporain de Freud, d’avoir porté un éclairage fondamental à ces questions à travers sa théorie des ‘Types psychologiques’, publié en 1921. Ses travaux ont ensuite été repris par deux psychologues américaines Isabel Briggs Myers, et sa mère Katherine Cook Briggs, qui, à partir de ce vaste champ de données, ont créé en 1962 un test de personnalité extrêmement pertinent : le MBTI (Le Myers Briggs Type indicator).

 Le test de personnalité du MBTI tient compte de l’intuition

 Très utilisé dans l’orientation et le recrutement, et considéré comme l’un des outils de connaissance de soi les plus aboutis à ce jour, le test du MBTI passe au crible les préférences de comportement de l’individu, où l’intuition occupe une place de choix :

 - Où l’individu puise-t-il son énergie ? Plutôt au contact des autres (Extraverti) ? Ou en étant seul et au calme ? (Introverti)
- Comment agit-il ? Est-il organisé et va-t-il se fier à son jugement (J) ? Ou préfère-t-il improviser et suivre sa perception (P) ?
- Comme se décide-t-il ? A-t-il besoin de suivre ses valeurs, ses convictions, ses sentiments (F) ? Ou suit-il plutôt son raisonnement, sa logique et son esprit critique (T) ?
- Comment recueille-t-il de l’information ? Suit-il son intuition (N) ? Ou bien se fie-t-il à ses perceptions et ses sensations (S) ?

 Une combinaison  de tous ces facteurs donne un profil de personnalité, parmi les 16 types définis dans le cadre du MBTI et identifié par un code à quatre lettres. Par exemple, un INFJ désigne une personne (I)Introvertie-(N)Intuitive-(F)Sentimentale (F)-(J)Juge.

Les intuitifs voient le global et pas les détails

Selon la grille de lecture jungienne, la population compte de 26 à 34% d’individus fonctionnant de manière préférentiellement intuitive, avec, surprise…  un léger avantage revenant aux hommes !

 Une personne à dominante intuitive se reconnaît comme:

  • s’intéressant avant tout à la signification des faits plutôt qu’aux faits en eux-mêmes,
  • étant plus porté vers le futur que le présent,
  • voyant spontanément les implications globales plutôt que les détails,
  • comprenant les choses à demi mots et n’ont pas besoin d’explication claire pour saisir ce qu’il se passe,
  • s’appuyant sur leur compréhension et leur imagination pour dégager des solutions plutôt que sur l’expérience,
  • curieux, ouvert d’esprit, aimant partir à l’assaut de nouveaux territoires d’exploration et ayant tendance à se disperser,
  • manquant le plus souvent de sens pratique, il est allergique à la routine et à la bureaucratie.

A noter que le test du MBTI, qui contient des centaines de questions et beaucoup de nuances, se passe uniquement avec un consultant formé.

L’intuition selon Jung : normale et mystérieuse à la fois

 On voit que pour Jung, l’intuition sert à glaner de l’information, et ce, de « manière non conventionnelle », c’est-à-dire sans utiliser ses cinq sens ou passer par la réflexion. Elle n’a donc rien d’une bizarrerie réservée à certains individus. Faculté présente en chacun d’entre nous, l’intuition est : « tout ce qu’il y a de plus normal, naturel et nécessaire », écrit-il.  Elle est une « perception via l’inconscient ».

Cependant, si Jung identifie très bien à quoi sert l’intuition, il reconnaît, dans son ouvrage « L’homme à la découverte de son âme », ne pas comprendre les mécanismes même qui la sous-tendent :

« En tant que fonction irrationnelle, l’intuition n’est pas facile à définir (…) elle paraît cheminer le long de multiples voies, et permet, par son jaillissement, de voir, pour ainsi dire ‘ce qui se passe au-delà d’un tournant ‘. Je m’en tiens là, et avoue ne pas savoir au fond comment l’intuition opère ; je ne sais pas ce qui s’est passé lorsqu’un homme sait tout à coup une chose, que, par définition, il ne devrait pas savoir ; je ne sais pas comment il est parvenu à cette connaissance, mais je sais qu’elle est réelle et peut servir de base à son action ».

Et Carl Gustav Jung, qui s’est intéressé au cours de son existence à de multiples domaines balayant la nature humaine comme les religions, les mythes, l’anthropologie, l’alchimie et même la physique quantique, va encore plus loin en affirmant :

« Les rêves prémonitoires, la télépathie et tous les faits de cet ordre sont des intuitions. J’ai constaté de ces phénomènes en quantité et suis convaincu qu’ils existent ; on en trouve chez les primitifs et on en trouve partout dès qu’on prête attention aux perceptions qui nous parviennent à travers les couches subliminales de notre être. »

Isabelle Fontaine

Plus d’infos sur l’ intuition dans mon livre « Développez votre intuition pour prendre de meilleures décisions », préface de Thierry Janssen, éditions Leducs / Quotidien Malin.

Des infos sur le MBTI sur  www.16-types.fr et pour le passer en ligne :http://www.therapiebreve.be/plus/tests/personnalite-jung. (NB : seul un consultant formé peut donner une lecture aboutie et fiable du MBTI).